Une candidate investie par l’UMP qui porte les couleurs de Sens Commun aux élections départementales de mars 2015.

Marguerite CHASSAING2

Marguerite Chassaing, 30 ans, candidate sur le canton de Lille 1 (59)

Pourquoi vous êtes-vous engagée en politique ?

Je n’ai eu aucun engagement militant auparavant et j’ai découvert l’engagement politique par le biais de mon premier travail, en tant que collaboratrice d’élus locaux à la métropole européenne de Lille. J’ai pris goût aux dossiers locaux, tout en voyant la nécessité d’un renouveau, notamment au sein des élus, et cela m’a donné l’envie de m’investir à mon tour.
Je pense que la politique en général, et les collectivités locales en particulier, ont besoin d’élus courageux, capables de faire des choix guidés par la raison et non par les intérêts particuliers. Aujourd’hui, l’action locale n’est plus lisible, parce que toutes les collectivités font de tout. Il est temps d’évaluer nos politiques publiques, afin de porter un regard sincère sur leur efficacité ou leur échec par rapport à l’objectif que l’on s’était fixé au départ.

Quel est l’enjeu de cette élection dans votre département ?

Notre département du Nord est géré depuis 20 ans par la gauche, qui n’a cherché ni à rationaliser ses dépenses de fonctionnement, ni à anticiper les baisses de dotations de l’Etat, attendant toujours que ce dernier compense l’argent manquant dans les caisses. Cette gestion imprévoyante a conduit à une dette de plus d’1,3 milliard d’euros, véritable fuite en avant, sous prétexte de soutenir l’investissement.
En tant que mère de famille, je ne peux cautionner plus longtemps cette situation et je mettrai toute mon énergie afin que l’argent public soit dépensé pour les politiques indispensables et prioritaires, en recentrant l’action du département sur son cœur de mission: l’aide aux familles et aux plus vulnérables, les collèges et l’insertion par le travail.
Le soutien à l’investissement, à proportion des marges de manœuvre financières retrouvées grâce à une meilleure gestion et des choix politiques, permettra de soutenir l’investissement local, nécessaire pour créer des emplois dans nos entreprises locales.

Comment envisagez-vous la politique autrement ?

La politique, notamment locale, a besoin, bien sûr, d’engagements de professionnels de la politique; mais surtout, elle a besoin de l’engagement de citoyens qui ne veulent pas “faire carrière en politique”, pour préserver un regard libre sur l’action publique : c’est le sens de mon engagement.

De quelle façon les adhérents de Sens Commun peuvent-ils vous aider ?

Les adhérents de Sens commun du Nord sont les bienvenus à nos côtés pour les actions de campagne traditionnelles, telles que le tractage, les marchés; ils peuvent également se proposer pour être assesseur, quelques heures ou durant toute la journée, dans les bureaux de vote de leurs canton. (mail de contact: upnlille1@gmail.com).

Mais plus encore, je compte sur leur aide durant mon mandat, si je suis élue, pour qu’ils me donnent leur avis sur les inflexions nécessaires dans les politiques du département, surtout si notre groupe reprend sa gestion. Je compte sur leurs idées, réflexions et retours du terrain pour renouer l’action du département avec le réel: c’est la grande urgence attendue par les habitants.